La Peau – Vallorcine – 1997

1997 « La peau » Cette empreinte du corps, sculptée dans les branches d’un arbre impose une certain lenteur des mouvements et même l’immobilité difficile à accepter en relation avec les montagnes. Mais quel bonheur de toucher le bois avec tout son corps!

72 La peau bez 2© Elżbieta Dembińska-Cieślar

 

 

SUR LE MÊME THÈME

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :